Assassin's Creed, tome 1 : Renaissance

AssassinsCreedRenaissance

Edition : Milady

Format : ePub

Genre : Jeux vidéo (historique)

d'Oliver Bowden

Synopsis

Trahi par les familles dirigeantes d'Italie, un jeune homme se lance dans une épique quête de vengeance. Afin d'éliminer la corruption et de rétablir l'honneur des siens, il deviendra un assassin. Il fera appel à la sagesse de grands esprits comme Léonard de Vinci ou Nicolas Machiavel, car il sait que sa survie dépend des dons qu'il doit développer. Aux yeux de ses alliés, il représente le changement car il combat pour la liberté et la justice. Mais ses ennemis le considèrent comme la pire des menaces car il a voué son existence à la destruction des tyrans qui oppriment le peuple d'Italie. Ainsi commence une histoire de pouvoir, de vengeance et de conspiration.

 

 

 

avis

 

La forme :

Il s'agit de l'adaptation littéraire du jeu vidéo du même nom. C'est là qu'on se demande ce que ça va donner. Pour ma part, je ne connais pas du tout ce jeu, à part les pubs qui passent à la télé. L'histoire fût donc une totale découverte pour moi.

Avant de parler plus de l'histoire j'ai quelques petits reproches tout de même sur la forme. D'abord, j'ai lu la version numérique et on nous dit clairement au début que pour tous les petits mots en italien dont le texte est truffé, il faut se référer au glossaire en fin de livre...déjà je trouve ça désagréable avec un livre papier, mais en numérique ça l'est encore plus. J'ai donc tout simplement fait sans et la plupart du temps c'était plutôt compréhensible puisqu'il ne s'agit que de petits mots, au passage très sympa pour rester ancré dans cet univers italien.

Mon autre reproche c'est qu'au travers du livre on ressentait le jeu, et on s'imaginait très bien les missions qu'il doit y avoir dans celui-ci. Ce qui peut sembler anecdotique au début (en plus j'apprécie ce genre de jeu, alors je ne vais pas m'en plaindre), c'est finalement avéré lassant, parce qu'au final on a pas le plaisir du jeu et l'histoire s'en trouve un peu longue de passages répétitifs.

A noter que la lecture est plutôt fluide et agréable.

 

Le fond :

Au final, j'ai bien aimé cette histoire de vengeance, même si j'ai trouvé ça un poil trop meurtrier. En effet, on ressent beaucoup les étapes du jeu, qui se veut d'action, et du coup il y a moins de stratégies et de réflexions. Je préfère les stratégies qui visent à emprisonner les méchants plutôt que de tuer quiconque sera sur le chemin, mais cela n'est que mon avis et en plus, le héros Ezio Auditore est très respectueux de ses victimes.

On suit le personnage principal à partir du jour qui précède celui qui va changer sa vie. De jeune homme insouciant on le voit évoluer vers un homme aguerri aux arts du meurtre et du vol, et plus de vingt ans s'écoule dans tout le livre. On visite tour à tour Florence, Venise, Rome et bien d'autres lieux italiens et comme c'est écrit dans le titre tout ça se passe à la Renaissance.

Au cours de son parcours Ezio rencontre pas mal d'alliés qu'on apprécie tour à tour et qui lui donnent des missions et lui apprennent à se battre (ce qui une fois de plus rappel la jouabilité du format). Autant ça permet au joueur de passer du bon temps, autant la lectrice que je suis s'est un peu ennuyée à lire toutes ces petites quêtes annexes, je me suis un peu languie de voir la fin venir. Dans cet univers de missions on ne retrouve pas du coup des rebondissements de folies, ni de choses inattendues. Le schéma se fait très vite répétitif, entre apprendre une nouvelle technique ou avoir une nouvelle arme et se rendre dans un lieu et devoir se battre et gagner.

Malgré ça l'histoire se déroule et on en apprend plus sur les mystères du Codex. Je ne suis pas fan de ce qui se passe à la fin, mais ça a le mérite de placer l'histoire sur un nouveau chemin qui promet encore pas mal d'aventures.

 

Ma conclusion

 

Avec ce premier tome, on découvre l'univers du Credo des Assassins au travers de l'histoire d'Ezio Auditore. C'est une base solide qui permettra sans nul doute par la suite de comprendre cet esprit de vengeance qui anime cet homme et le but des Assassins.

J'ai bien envie de lire la suite, mais par contre, je suis moins pressée de retrouver la Renaissance italienne qui n'est pas une de mes périodes favorites.

Peut-être pour moi une histoire trop jouable et pas assez romanesque, mais sympathique quand même.

 

Ma note :

bien

 

 

Challenge concerné :

Alabordage

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires pour “Assassin's Creed, tome 1 : Renaissance”

  1. Gloewen 4 juin 2015 00:08

    C’est un livre qui me tentait bien mais, du coup, je suis mitigée. A voir, donc… 😉
    A bientôt!

    • Madame_Love 4 juin 2015 13:24

      On ne peut pas dire que ça ressemble à un livre classique, mais ça s’y rapproche fortement, tu devrais tenter tout de même si ça t’intéressait^^

  2. Cristy 4 juin 2015 06:53

    J’ai l’honneur de t’annoncer que le second volet des aventures d’Ezio ne se déroule pas en Italie 😀
    J’ai adoré mais je connais le jeu et les jeux avec Ezio sont mes préférés 😀
    Je suis contente d’avoir le point de vue de quelqu’un qui n’a pas joué au jeux 🙂

    • Madame_Love 4 juin 2015 13:27

      Ah, ce sera encore mieux de découvrir un autre endroit alors 🙂
      J’ai trouvé ce format très déroutant.

  3. Dune 4 juin 2015 09:00

    ça me fait pas envie à priori mais j’imagine qu’il doit être sympa 🙂

    • Madame_Love 4 juin 2015 13:28

      Je pense que pour apprécier il faut aimer ce genre de jeux vidéo pour mieux appréhender la structure de l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Votez pour moi à
La nuit des blogs
Merci les amis !


twitter-icone google-icone hellocoton-icone SimPlement.pro