Cantique des plaines

CantiqueDesPlaines

Edition : Babel

Format : livre de poche

Genre : Littérature canadienne

de Nancy Huston

Synopsis

Quatre générations d'une famille d'immigrants, les Sterling, ont pris souche dans les plaines de l'Alberta (Canada), entre la fin du siècle passé et les années soixante de celui-ci.
L'un d'entre eux, Paddon, a tout connu de leur existence. Mais quand commence ce roman, Paddon vient de mourir. Et c'est à ce grand-père adoré, fils de pionniers en terre indienne, que la narratrice, Paula, adresse un ample récit en forme d'adieu. L'enfance de Paddon, ses démêlés avec son père, son mariage avec la vertueuse Karen, ses déconvenues de chef de famille, ses déboires d'enseignant, son chimérique projet d'écrire un traité philosophique du temps, sa rencontre avec l'Indienne Miranda, amante prodigue qui le bouleverse en lui révélant enfin l'envers de la civilisation blanche et la vraie beauté du monde - tout ce qu'a vécu cet homme si magnifiquement, si exemplairement ordinaire est ici évoqué avec un lyrisme sans pareil.

 

 

Mon avis

 

Ce livre m'a été prêté, je ne l'ai donc pas "choisi", j'ai juste décidé de le découvrir, car quelqu'un qui vous prête un livre ne le fait jamais en vous disant : "Je n'ai pas aimé et je pense qu'il ne va pas te plaire du tout". En plus j'ai trouvé la couverture très jolie, même si au final, ce n'est pas une histoire d'indiens (même si il y en a tout de même dedans).

L'histoire :

L'histoire est raconté à la deuxième personne du singulier ("tu"), ce qui m'a surprise car je n'avais jamais rien lu de tel. Je dois dire que ça m'a pas mal perturbé aussi dans ma lecture.

C'est l'histoire de la vie de Paddon qui est née à la fin du XIXème siècle. Elle se déroule donc surtout du début du siècle aux années soixante, même s'il meurt autour des 90 ans.

Paddon vient de mourir et Paula sa petite-fille raconte sa vie en lui parlant, en utilisant "tu". Ainsi, elle raconte a son grand-père la vie de ses parents, de son père émigré au Canada avec son frère qui s'est construit une vie en Alberta, sa vie à lui et celle de ses enfants et petits enfants.

Ce livre parle de plusieurs générations mais le point central reste Paddon et sa vie à lui. Il est assez tourmenté, par son enfance, par ce livre qu'il n'a jamais réussi à écrire, par ses enfants, mais il trouve dans la relation extra-conjugale qu'il entretient avec l'indienne Miranda un nouveau sens à ses pensées.

Paula parle surtout de sentiments, de sensations, de situations, qu'elle n'a pas vécu mais entendu raconté par les autres personnes de sa famille, ainsi elle essaye de recouper les histoires, quitte des fois à inventer un bout qui semble logique. Mais du coup, comme elle écrit ça vers la fin des années quatre-vingt et met l'accent sur le ressenti et les actions, on n'est pas "physiquement" plongé dans le Canada du début du siècle, ainsi le récit reste intemporel comme une ode à son grand-père qui pourrait parcourir le temps et l'espace.

 

Ma conclusion :

Ce livre est empreint de poésie et de lyrisme, notamment par le fait de la seconde personne du singulier. C'est sans nul doute qu'il pourra ravir des lecteurs, comme la personne qui me l'a prêté.

Quant à moi, n'aimant pas la poésie et les romans empathiques sans actions, je n'ai pas pu apprécier ce livre à sa juste valeur. Je reconnais néanmoins que toute la description faite dans cette chronique m'a fait prendre conscience que malgré ma déception, j'ai réussi à tirer de ce livre des choses positives. Je referme ce livre en n'ayant pas aimé ma lecture, mais avec un petit quelque chose en plus.

Je vais peut-être me répéter, mais des fois je n'apprécie pas du tout un livre et là je le dis clairement que c'était vraiment horrible ! Mais ici, je sais que je n'ai pas apprécié parce que je ne suis pas apte à capter l'émotion transmise par ce genre.

 

Ma note :

bof

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires pour “Cantique des plaines”

  1. Dune 27 septembre 2014 09:13

    Il a l’air très beau *o*

    • Madame_Love 27 septembre 2014 11:07

      Oui, c’est raconté d’une belle façon…enfin, je crois^^

  2. Anaterya 1 octobre 2014 23:44

    Un peu déçue de savoir qu’il y a peu de thèmes indiens par rapport à la couverture car je m’y intéresse de plus en plus ces temps-ci, mais je le lirai probablement si je le trouve.
    Merci pour la découverte ^^

    • Madame_Love 2 octobre 2014 10:30

      De rien, ça me fais plaisir de faire découvrir^^
      Effectivement il n’y a qu’un seul personnage qui est indien et qui raconte un peu son histoire par rapport à ses parents et aux colons du Canada, mais c’est très peu par rapport à tous le livre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *





twitter-icone google-icone hellocoton-icone SimPlement.pro