Virtual Revolution – 2046

Edition : auto-édition

FormatePub

Genre : Science-Fiction 

309 pages

de Guy-Roger Duvert 

Synopsis

En 2046, les trois quarts de la population ont fui la réalité, passant leur temps connectés dans des mondes virtuels. Notre société n'est plus la même, désormais scindée entre trois catégories sociales : les Connectés, devenus de véritables junkies virtuels, les Vivants, ceux qui refusent cette technologie, et enfin les Hybrides, partageant leur temps entre virtuel et réel.

À Neo Paris, Nash Trenton, un Hybride ancien flic et désormais barbouze privée, reçoit comme mission d'enquêter sur des phénomènes en apparence surnaturels se produisant en ligne. Se pourrait-il qu'un Dieu existe dans la matrice? À New-York, Genna, jeune surdouée rejetant avec force les attraits de la réalité virtuelle, travaille pour Interpol et se retrouve sur une affaire curieuse de meurtres tous perpétrés par des Connectés. Enfin, à Tokyo, Rei, jeune junkie virtuelle, vit dans un ghetto avec son amie. Les deux sont heureuses, passant leur temps en ligne, jusqu'au jour où des hommes en noir et augmentés cybernétiquement kidnappent son amie et tentent de l'éliminer, elle. Complètement inadaptée à la vie réelle, elle va néanmoins se lancer sur la piste de son amie.

Un Hybride, une Vivante et une Connectée. Trois destins liés dans une société corrompue qui a su répondre aux problèmes d'hier en en créant de nouveaux...

 

 

avis

Je remercie l'auteur qui m'a proposé de lire son nouveau roman.

 
La réalité de notre monde a changé. Vivre en ligne, Connecté, renoncer à la technologie et rester Vivant ou préférer une vie d'Hybride, connecté mais vivant. Que choisiriez-vous ?
 
Ce roman c'est l'histoire de trois personnages qui ont chacun leur façon de vivre. Dans un univers où vivre en ligne est devenu la norme pour 60% de la population mondiale, le danger reste présent. Nash, Genna et Rei vont devoir mener l'enquête en ligne et "IRL" (autant utiliser un mot du lexique virtuel), chacun pour des intérêts différents mais parfois certaines choses vont se croiser.

Cet univers est ultra riche. Déjà, il y a le monde des Vivants où la plupart des gens ont des prothèses cybernétiques avec des options pour le combat plutôt badass. Ensuite, il y a les Verses, les mondes virtuels où passent tout leur temps les Connectés, et là, il y en a autant que l'imagination (Far West, Fantasy Médiévale, futuriste, campus années 90, îles, pirates, ...). Ça donnerait presque envie de s'y connecter aussi.

J'ai beaucoup aimé l'intrigue et l'enquête policière. J'ai un peu moins aimé le personnage de Rei qui ne m'a pas parlé personnellement, mais l'histoire autour de laquelle  elle gravite est intéressante aussi.

Il y a de l'action tout au long du livre et de façon très varié grâce à la carte du virtuel (surnaturel, espionnage, combat avec des robots, fusillades, épées, ...). 

Ce qui m'a un peu déçu c'est peut être la fin très brute. Ça s'arrête à un moment où l'on pense qu'on va nous donner encore deux-trois infos pour conclure et puis non. Je me suis donc dit que ça laisse de la place à une suite et effectivement c'est le projet de l'auteur. On en saura donc plus dans le futur, ce qui compense le manque de révélations à la fin.

 

J'ai beaucoup aimé ce livre où le réel ressemble parfois au virtuel et où le virtuel se veut réel.

 

L'auteur a réalisé un film du nom de "2047 - Virtual Revolution" qui se passe un an après le livre et qui parle de certains personnages (pas tous), le tome 2 livresque se passera après en 2048, mais avoir vu le film n'est pas obligatoire pour suivre la saga littéraire. 

Petite bande-annonce qui donne envie (et même trop trop envie) :

 

 

Ma note :

 

2 commentaires pour “Virtual Revolution – 2046”

  1. Cyan 2 octobre 2020 17:04

    ça a l’air sympa! Je me le note, merci 🙂

Répondre à Cyan Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


twitter-icone SimPlement.pro