La fleur de l’ombre

Edition : Auto-édition

FormatePub

Genre : Science-fiction (Dystopie)

186 pages

de Isabelle Morot-Sir

Synopsis

Dans une Europe contemporaine et cependant uchronique, Tamara, brillante adolescente dont la destinée est dictée par l'indifférence glacée des lois eugéniques de son pays, se voit propulsée au rang de Mère de la Patrie. Comment accepter un tel sort ? Comment seulement s'y soustraire ? L'avenir est-il dans une fuite aveugle vers un ailleurs inconnu et peut-être pire encore ? Ou dans le renoncement ? À qui pourra-t-elle se fier ? Sa rebelle naïveté ne risque-t-elle pas de l'amener à prendre les mauvaises décisions ? À accorder trop hâtivement sa confiance ? Mais aura-t-elle seulement une alternative... ? Après La Citadelle des dragons, Isabelle Morot-Sir renoue avec l'imaginaire le plus débridé. Mêlant science-fiction et romance, son envolée d'anticipation se montre effrayante mais résolument entraînante, et saura divertir autant que faire réfléchir un large public.

Informations auteur et livre :

   Auteure

   Livre

 

avis

 

Je remercie l'auteure pour m'avoir donné l'occasion de lire ce roman.

 

 

L'histoire :

Tamara veut devenir architecte, elle a tout fait pour ça (bonne note, toujours dans les premiers des classements, etc), mais voilà, ce n'est pas elle qui choisie son avenir. A 16 ans c'est la Patrie qui va lui donner son affectation. Elle qui se moquait de ces filles qui n'avaient comme but que de devenir Mère (des écervelées en somme, qui veulent passer leur temps à faire des enfants pour la Patrie), va devenir l'une d'entre-elles. C'est un choc et elle va tout faire pour échapper à ce sort.

Bien sûr, je ne peux pas parler des tenants et des aboutissants de l'histoire, mais on peut dire qu'il va y avoir du danger, des risques et de l'amour. L'histoire se dessine autour d'une romance.

J'ai trouvé ça un peu étrange de se positionner dans une uchronie contemporaine, car il n'y a aucun repère de pays actuels (ils ont tous des noms différents), du coup quand on vous parle tout d'un coup de quelque chose d'anglais ou de marseillais, c'est difficile à replacer dans cet univers. Même s'il n'y a aucune technologie moderne (dans le sens futuriste) j'aurais préféré qu'on se place dans une dystopie sans repère contemporain, plutôt qu'une uchronie sans réelle explication.

Encore a propos de l'univers, je n'ai pas compris pourquoi les Mères devaient avoir des relations avec un "donneur". J'imagine ça plus efficace de faire une insémination, plutôt que de laisser des jeunes filles trois jours aux mains d'hommes de tous âges. Ça m'a d'ailleurs choqué quand Tamara rencontre pour la première fois un donneur elle le décrit de manière rustre, beaucoup plus âgé qu'elle. Je pense que l'auteure voulait vraiment nous dépeindre une société qui en arrive a des extrêmes et nous faire comprendre que cette situation est intolérable. Je n'ai pas aimer m'imaginer une adolescente décrite comme ayant un corps d'enfant et un homme beaucoup plus mûre qui est décrit de manière à faire peur, mais au moins c'est assumé, ce n'est pas comme dans les livres Young Adult où tout est lissé. L'auteure veut nous faire réagir et ça fonctionne.

Je ne veux rien spoiler mais j'ai aussi beaucoup aimé que dans ce genre d'histoire on puisse découvrir deux pays différents en détails et encore une fois, l'auteure ne nous épargne pas que tout n'est pas rose ni d'un côté ni de l'autre.

J'ai beaucoup aimé suivre Tamara dans son histoire, il n'y a peut-être que son jeune âge qui m'a un peu dérangé.

 

La lecture/ L'écriture :

Au premier abord si le style de l'auteure semble classique, on s'y habitue très vite pour rentrer dans l'histoire.

 

Ma conclusion

A découvrir si vous aimez les dystopies et les romances. En dehors des points décrits plus haut un univers très intéressant à découvrir aussi.

L'auteure a réussi à créer une histoire et un univers différent de ce que j'ai pu déjà lire tout en gardant certaines grandes lignes de la dystopie ou de la romance. Elle n'hésite pas à l'aide de partie pris d'aller au cœur de ce qu'elle veut raconter, même si l'environnement créé peut parfois paraître légèrement abstrait.

 

Ma note :

super

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires pour “La fleur de l’ombre”

  1. Cyan 18 juillet 2017 19:18

    ça aurait pu m’intéresser si je n’avais pas déjà lu La Servante écarlate et Boys out (entre autres) sur ce même thème. Merci quand même pour la découverte, je ne connaissais ni l’auteure, ni le livre 😉

    • Madame_Love 23 juillet 2017 13:53

      Boys Out ce ne sont pas les femmes au pouvoir et les hommes dans un rôle soumis ? Si c’est ça, ça ne ressemble pas du tout à ce livre (après c’est peut-être par rapport à l’histoire en elle-même que tu dis ça).

      • Cyan 23 juillet 2017 16:22

        C’est bien ça 😉 Je sais que ce n’est pas tout à fait la même chose, mais le thème est suffisamment similaire pour que je compare 😉

  2. Cristy 30 juillet 2017 13:43

    Ce roman à l’air bien, je ne connaissais pas du tout, alors merci pour la découverte.

    • Madame_Love 30 juillet 2017 16:25

      De rien 🙂
      C’est vrai que ce n’est pas un livre et une auteure connue, c’est ce qui m’a plu aussi de faire découvrir ce livre.

  3. Lupa 13 septembre 2017 14:48

    Je fais une (grande) pause avec les dystopies ^^ Mais te remercie pour cette découverte 🙂

    • Madame_Love 13 septembre 2017 17:00

      Je te comprends, j’évite aussi un peu en ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *





twitter-icone google-icone hellocoton-icone SimPlement.pro