Livre Paris 2016 1/2 : mes critiques

salonlivre2016

Aujourd'hui, je vais vous raconter mon aventure au salon du livre à Livre Paris. J'ai préféré le faire en deux parties car sinon l'article aurait été trop long et au moins vous aurez un article plus sympa sans coup de gueule dans le second.

L'année dernière j'avais eu la joie de pouvoir y aller pour la première fois. Pour d'obscures raisons et par un fait du destin j'avais été là au bon moment et au bon endroit, avec, cerise sur la gâteau, une place gratuite (ça ne s'invente pas un tel enchevêtrement de circonstances qui convergent vers le même point). Enfin bref, cette année me revoilà repartie pour l'aventure et pour encore d'autres raisons (mais pas de place gratuite cette fois). Comme l'année précédente, je me suis retrouvée là le vendredi. Non seulement je n'avais pas le choix mais en plus je pense que c'est un peu moins la cohue que les autres jours.

Ce que je vais dire ressemble à l'année dernière mais en plus fourni. De plus c'est mon vécu et comment j'ai ressenti les choses. Aussi, je dis peut-être des choses erronées à certains moments mais comme je ne détiens pas le savoir absolu, que je ne vous oblige pas à penser comme moi et que je fais ce blog pour m'exprimer librement sur les sujets de mon choix, je vous invite à prendre du recul sur mes propos.

Je regretterais toujours que les grandes maisons d'éditions ne soient là que pour de la vente de librairie et non pas pour un échange auteurs/lecteurs/éditions. D'ailleurs, ces mêmes maisons ne proposaient aucunes dédicaces le vendredi. Pourquoi donc ? On se retrouvait alors dans de grands espaces librairies sans aucun intérêt et d'ailleurs le public n'y étaient pas très présent.

Le pire, c'est que le prix du billet d'entrée est le même pour tous les jours. Pourtant, je n'ai pas pu rencontrer les grands auteurs à la mode, tant vénérés par les maisons d'éditions. Et ceci sur des espaces gigantesques. Ces auteurs ne m'intéressaient pas particulièrement, mais je pense à d'autre qui comme moi ne pouvaient venir que ce jour et non pas pu rencontrer des auteurs qui les faisaient rêver. Bien sûr, il y a le fait qu'un auteur, par sa vie personnelle, ne puisse pas être là tous les jours, mais laisser vide ces grands espaces de dédicaces si impersonnels soit-ils, m'a paru incongru. Ces grosses maisons d'éditions proposent des milliers de références rien que sur leur "stand librairie" et elles n'ont pas le courage de proposer au public des auteurs tous les jours du salon ? Le monde marche sur la tête. Le public est là pour découvrir nom de dieu !

Aussi, on dit souvent que le métier d'auteur ne paye plus, du coup beaucoup d'entre eux ont un autre métier à côté. Qu'à cela ne tienne ! Mais pourquoi les auteurs qui font vendre et qui ne vivent que de leur plume ne sont pas là tous les jours ? Oui, ça doit être fatiguant, c'est sûr, mais quand même, c'est avant tout grâce à leurs lecteurs qu'ils sont là ! Je ne leur jette pas la pierre, car outre ceux qui doivent se prendre pour des stars, il y en a sûrement qui ne font que suivre les directives de leurs agents ou de leur maisons d'éditions, et ça, personne n'y peut grand chose. Ça me ramène une fois de plus au fait que les grosses maisons nous prennent pour des pigeons.

Quand je vois que sur des maisons d'éditions plus modestes il y avait des roulements d'auteurs tous les jours et toute la journée et qu'il m'est arrivé de me retrouver face à trois ou quatre auteurs en même temps, je me dis que ces gens là on certainement un métier à côté et pourtant ils sont là, ils ont fait l'effort et leur maison aussi. Leurs stands sont plus humains, plus accueillant et on prend plaisir à être attiré par les livres et à discuter avec les auteurs, que le livre nous plaise ou pas au final.

Et je ne parle pas du prix d'entrée de 12€. C'est le prix d'un livre voir de deux. Et qu'on vienne pour acheter ou pas, ça reste une somme. De plus, pour éviter les fraudes (et c'est normal) on ne peut pas venir avec un livre qu'on a déjà pour le faire signer. Oui, mais on ne peut pas faire signer autre chose qu'un livre acheté sur place, du coup on peut se retrouver à dépenser de l'argent pour un livre qu'on a déjà si vraiment on veut la dédicace de quelqu'un. En gros, on comprend une fois de plus que le salon est là pour générer de l'argent. Je suis sûr que les exposants ont payé leur place pour être là, en espérant être rentabilisés par la vente de leurs livres. Alors que nous, lecteurs, nous donnons nos 12€ à l'organisation qui met ça dans sa poche sur le dos de tout le monde (lecteurs comme exposants). Outre la gratuité qui serait intéressante, je ne pense pas que ce soit possible pour des tas de raisons, mais une entrée à 4€ serait largement raisonnable.

Et pour tous ce que j'ai cité, ne vous posez plus la question de savoir que le salon a fait -15% de fréquentation cette année. Ce n'est que la seconde fois que je viens donc je ne peux pas juger sur les autres années, en tout cas en deux ans toujours les mêmes constatations. Je comprends que ça ne donne pas envie de revenir.

Mais il y a aussi les bons côtés et le pourquoi je suis revenue. La suite, plus joyeuse, au prochain billet.

PS : Et je ne vous ai pas dit dit qu'il y avait un stand Kindle énorme qui proposait des "conférences" sur les thèmes de l'auto-édition et des conseils. Si ça vous tente un billet rageux sur Amazon et l'auto-édition, vu par moi, n'hésitez pas à me le dire.

15 commentaires pour “Livre Paris 2016 1/2 : mes critiques”

  1. Sevy2825 mars 2016 17:42

    Ah oui, rageux contre Amazon, j’achète !
    J’y étais samedi, et outre le prix de l’entrée, je ne te parle pas du prix des sandwichs pour les malheureux comme moi qui ont oublié d’emmener leur casse-croute. Plus de 36€ pour 4 sandwichs et 4 boissons ! On les a dégustés !

    • Madame_Love25 mars 2016 18:35

      Je ne suis pas allée du côté restauration, on ne peut pas être partout lol^^

  2. Cyan26 mars 2016 13:43

    Billet très intéressant 😉
    Je ne suis jamais allée au salon du livre, mais j’ai fait d’autres genres de salons et ce que tu dis ne me surprend pas, malheureusement.
    J’ai hâte de lire ton prochain billet 😉 (et le billet rageux m’intéresse aussi ^^)

    • Madame_Love26 mars 2016 15:28

      Ahahah, vous aimez le sang les filles !

      Enfin, normalement je reste toujours courtoise quand même lol.

      J’espère ne pas mettre trop de temps à sortir le prochain billet, il faut que je m’y mette 🙂

      • Cyan27 mars 2016 16:38

        Je connais très mal le monde de l’édition numérique, donc même si le billet n’était pas rageux, je serais intéressée quand même.
        Mais s’il y a du sang, c’est encore mieux ^^

        • Madame_Love28 mars 2016 13:32

          Je ne pense pas être si violente que ça lol^^
          En tout cas, ce sera mon avis, sans prétentions et sans tout savoir non-plus.

  3. Cristy Sevla28 mars 2016 14:12

    Oui, je veux un article rageu sur Amazon mdr
    Je risque pas de mettre les pieds dans ce salon, déjà rien que le prix du train pour pouvoir venir est exorbitant, surtout pour une seule journée ^_^

    • Madame_Love28 mars 2016 15:11

      Je te comprends, il faut vraiment que ce soit une opportunité sinon, c’est clair que c’est trop cher.

  4. Anabelle30 mars 2016 07:04

    Je suis assez d’accord avec toi concernant le côté très marketing du salon. Mais, je ne pense pas que ce soit un problème d’auteurs. L’organisation du salon ne dépend pas d’eux. Les maisons d’édition achètent leurs places de plus en plus cher pour pouvoir s’installer au salon. Il faut donc qu’elles vendent pour être dans leurs sous. Ensuite, c’est le salon qui impose des horaires aussi serrées pour les dédicaces, etc. Quand on regarde les comptes facebook de certains auteurs ou des interviews, on se rend compte que les auteurs ne sont pas pour ce genre de pratiques, donc je ne suis pas pour les blâmer, eux.
    Enfin, j’ai trouvé qu’il y avait pas mal d’auteurs (en tout cas, le samedi). De plus, être écrivain, c’est un boulot, ce sont des obligations et faire des dédicaces c’est usant. Ils restent des humains avant tout et j’aurais beaucoup de mal à être aussi amère concernant les auteurs qui ne sont pas là tous les jours.
    C’était la première fois que je venais au Salon du Livre, et je suis peut-être encore sous l’euphorie de cette découverte et d’avoir rencontré des auteurs que j’aime beaucoup. Mon avis sera peut-être différent l’année prochaine… 🙂

    • Madame_Love30 mars 2016 14:13

      Oui, concernant l’organisation je suis tout à fait d’accord, ça n’a rien à voir avec les auteurs (tu me mets le doute de ne pas avoir été clair là dessus).
      Pour le vendredi, imagine toi que la plupart des stands était vides sans auteurs. Quand tu vois des stands de 4/5 places vides tu te dis que c’est dommage. Certaines maisons portent assez d’auteurs pour qu’il y en ai tous les jours, sans que ce soit forcément les mêmes ou les plus connus.
      Pour les auteurs connus, excuse moi mais je ne pense pas que deux heures de dédicaces en quatre jours se soit usant (comme j’ai pu voir sur le programme).
      De plus, je ne remet pas en cause le métier d’auteur (loin de là), mais ceux qui ne vivent que de ça, la seule chose qu’ils ont à faire c’est de se mettre devant une page blanche et écrire, je trouve ça assez nomade, je ne vois pas bien où sont leurs obligations dont tu parles. En plus, la plupart des auteurs aiment converser avec leurs lecteurs. Je pense surtout que c’est une histoire d’organisation et d’argent tout ça et que les auteurs sont tenus à la gorge.
      C’est dommage qu’on ne soit pas dans un échange plus simple entre les auteurs et les lecteurs.

      En tout cas, merci pour ton commentaire, c’est toujours intéressant d’avoir des points de vues différents^^

  5. Kin5 avril 2016 18:56

    C’est tout à fait pour cela que je préfère les petits salons !
    Après, c’est quand même un budget de faire venir des auteurs pour plusieurs jours et c’est beaucoup de gestion mais c’est vrai que les petites maisons n’hésitent pas à le faire alors pourquoi pas les grandes ?
    Je suis d’accord que le prix du salon est assez cher, mais c’est pareil pour toutes les manifestations culturelles qui proposent des biens de consommation. Cependant l’entreprise qui organise le salon (Reed expo) doit quand même rentrer des sous, et je t’arrête, elle ne peut pas le faire seulement avec la vente des stands. C’est une énorme organisation tout de même, et il ne faut pas oublier que elle aussi, loue les espaces d’exposition (et surement très cher). Après, il y a deux ans, les étudiants avait des entrées gratuites et désormais c’est 6 €, ça je trouve ça nul ^^.
    Owii un billet d’humeur sur Amazon (le démon ! XD)

    • Madame_Love5 avril 2016 19:22

      Oui, je sais, c’est pour ça que je proposais 4€ au lieu de 12€^^

      Je suis contente que tu sois de mon avis, ça fait plaisir de voir que je ne dis pas que des trucs insensé lol.

      Le billet est en préparation, j’espère que ça vous plaira 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


twitter-icone
SimPlement.pro