Les anges ne meurent jamais

lesAngesNeMeurentPas

Edition : Flammarion

Format : broché

Genre : Contemporain

de Bérengère de Bodinat

Synopsis

Un soir d'été, Adrien, quatre ans et demi, pose à sa mère cette question troublante : "Maman, tu crois qu'un jour j'aurai cinq ans ?" Quelque temps après, alors qu'elle est partie en voyage, un drame survient dans la maison de famille... Adrien n'aura jamais cinq ans. Des années plus tard, à l'issue d'une véritable enquête, elle parviendra à vaincre le non-dit familial et à reconstituer les événements de cet après-midi tragique. Les témoignages divergents mais aussi une énigme cachée dans une boîte rouge prendront alors une résonance stupéfiante. Au fil de ce parcours initiatique, avec des mots simples mais magnifiques, Bérengère de Bodinat nous fait partager ses prémonitions, le gouffre de l'absence, l'incrédulité et l'impossible deuil. Mais, surtout, elle nous révèle les signes, les rêves, les sourires et les messages lumineux d'Adrien qui n'a cessé de lui parler depuis l'au-delà. Le lien d'amour extraordinaire qui unit une mère et son enfant malgré la mort et la séparation. Ce récit bouleversant, traversé par le surnaturel, est un message universel d'espoir et d'apaisement.

 

 

J'ai lu ce livre dans le cadre d'une Masse Critique Privilégiée de Babelio. Je remercie donc Babelio pour m'avoir sélectionné et les éditions Flammarion qui me l'ont envoyé.

 

avis

 

Quand on m'a proposé cette Masse Critique privilégiée, je venais de finir De Vous à Moi de Christelle Angano. J'ai donc fait un parallèle entre ces deux livres et je me suis dit pourquoi pas.

Le lien entre les livres :

Je ne vais pas faire de "comparaison" entres les deux livres car comme ils nous l'apprennent avec sagesse la mort d'un enfant est unique, il était unique et on ne peut pas comparer la valeur des êtres et des peines, c'est infaisable.

Là seule chose que je retiens en revanche entre les deux romans c'est que celui d'Angano est plus terre-à-terre, comment les gens réagissent avec vous, etc tandis que celui de Bodinat est plus ésotérique sur son fils de lumière d'une autre dimension.

En tout cas, toutes deux parlent de cette fameuse question : "Combien avez-vous d'enfants ?".

 

Le récit :

L'auteure retrace ses souvenirs de ce qu'il s'est passé ce jour-là, alors qu'elle n'était pas là et qu'Adrien jouait dans le jardin de la maison familiale, jusqu'à maintenant.

Elle décrit sa relation spirituelle avec son fils décédé (il s'agit plus de signes, elle ne parle pas aux esprits) et même si elle évoque ses peines j'ai trouvé que l'ensemble était toujours teinté de luminosité. La fameuse lumière que lui évoque son fils. Le récit n'est jamais triste et au même titre qu'elle, on accepte que malheureusement les choses sont comme ça. On ressent vraiment qu'après presque trente ans elle a parcouru un chemin, non pas d'acceptation de la réalité, mais de compréhension spirituel, qui font qu'elle n'a plus à être affaibli par cet évènement, c'est ce qui devait arriver inéluctablement.

En tout cas c'est comme ça que je l'ai ressenti. Bien sûr, quand on évoque un peu d'ésotérisme, il y a toujours les détracteurs et septiques. Je pense qu'il faut lire tout ça au travers des yeux de la personne qui écrit et se laisser porter par l'histoire, qu'on y croit réellement ou non.

 

L'écriture/La lecture :

L'auteure écrit beaucoup de pensés au fur et à mesure de la chronologie des évènements et pour le coup on se retrouve régulièrement avec des choses très ressemblantes qui amène une certaine redondance lascive parfois, surtout quand il s'agit de décrire les sentiments.

J'ai plus préféré la partie "intrigue", car aussi bizarre que ça puisse paraître il y a quelques mystères qui ne sont élucidés que bien des années après car comme on suit l'auteure qui n'était pas sur les lieux du drame, il y a des non-dit, des choses oubliées ou arrangées à la sauce du temps ce qui fini par donner des informations erronées.

 

Ma conclusion

Un livre que j'ai aimé par son côté très lumineux et pas du tout tourné vers la tristesse. L'auteure a vraiment su décrire son parcours spirituel depuis la mort de son fils et nous entraîner dans quelques mystères de non-dit et d'ésotérisme. Le seul bémol restera sur la redondance de sentiments, qui devaient sans nul doute se bousculer au moment d'écrire, mais qui du point de vue du lecteur est parfois un peu répétitif à lire.

Je ne suis pas dans cette situation, mais j'ai le sentiment que ce livre peut être bénéfique aux personnes qui ont perdu un proche par la sérénité qu'il insuffle alors même que le sujet est grave.

 

Ma note :

bien

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires pour “Les anges ne meurent jamais”

  1. Cristy 17 juin 2015 13:25

    Dommage pour la redondance, mais ce livre à l’air d’avoir un petit quelque chose, merci pour ton avis et la découverte 🙂

    • Madame_Love 17 juin 2015 15:35

      Oui c’est vrai, mais ce n’est qu’une petite partie du livre, le reste est très intéressant à découvrir.

  2. Kerry Legres 17 juin 2015 14:56

    Je ne lirais plus de livres de ce genre, en plus là j’ai des enfants de cet âge environ donc je préfère ne pas lire ce genres d’écrits… Mais tu en as fait une belle chronique !

    • Madame_Love 17 juin 2015 15:43

      Merci 🙂
      Je comprends tout à fait ton point de vue 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Votez pour moi à
La nuit des blogs
Merci les amis !


twitter-icone google-icone hellocoton-icone SimPlement.pro